Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 12:01

1939

L’agenda de Stanislas

numerisation0023.jpg

C’est un minuscule carnet rouge foncé, qui se nomme élégamment « agenda bijou 1939 » ; il tient facilement dans une petite poche,  peu épais, il comprend néanmoins un petit crayon de bois, glissé dans un anneau de cuir, assorti à la couverture.  A Chaque page une semaine complète.

C’est un objet précieux. Non pas dans sa valeur intrinsèque. Mais dans ce qu’il contient de renseignements historiques, sur le parcours de Stanislas. Et pourtant, il est plein de mystères encore.

Toutes les annotations sont faites en polonais. Au crayon.

Et elles m’ont données du fil à retordre ! car je ne parle pas le polonais ! j’ai rusé, j’ai utilisé l’ami google, pour me traduire des mots inscrit là il y a si longtemps, par un homme fascinant : mon grand-père.


A la page « mémorandum personnel » il a écrit d’une belle écriture légèrement penchée, Nom : Oboda, prénom : Stanislas, profession : téléphoniste, téléphone privé : 94 Gaillac.

Rien d’autre.

Mais déjà, une question. Gaillac ? De quel  Gaillac on parle ? Celui qui est dans le Tarn ? Celui qui est près de Toulouse le Gaillac-toulza ??? je sais que les prisonniers de Gurs ont été solicité pour travailler dans différents secteurs des environs de Gurs, souvent dans les forêts, dans les fermes… Stan est téléphoniste. Se peut-il qu’il ait travaillé comme tel ? Et si loin du camp ? ça m’étonne. Il faudra que je pose la question plus précisément à des personnes qui connaissent l’histoire de Gurs.

Il y a aussi , écrit à l’envers, sur la première page des horaires de train, vraisemblablement.  

Il est écrit :

numerisation0025.jpg


Se peut-il alors que le « Gaill » soit Gaillac ?, « Toul » je suppose que c’est Toulouse, et « mars » cela ne peut être que « Marseille », car Tadeuz vit à coté de Marseille et là je suis sûre que Stanislas est venu chez son frère à sa sortie de Gurs.

Par curiosité je suis allée voir s’il existait d’autre Gaillac que celui du Tarn , autour de Gurs… il  en existe effet  un autre : Gaillac-Toulza, dans le sud de Toulouse, dans les Pyrénées.

Les 2 étant à peu de choses près à 1 heure de Toulouse. Ce qui pourrait correspondre aux horaires de train.  Mais il n’y a pas de gare à Gaillac-toulza, même sur les plans anciens du réseau ferré, alors qu’à Gaillac, si.

  Le trajet en train de Gurs à Gaillac dans le Tarn longe les Pyrénées, puis oblique vers Toulouse pour remonter plus au nord.  C’est certainement un terrain bien familier à Stanislas. En effet, ce n’est pas si loin de Carmaux, la ville où il arriva directement de Pologne en 1922.

En fouillant les annotations du calepin, j’ai fait traduire une page datée du 8 août, ou il dit être allé à Cagnac-les-mines. C’est à une trentaine de kilomètres de Gaillac.

 Et puis, il y a une adresse à Gaillac, d’une demoiselle Christiane SZOT au café des sports. Je sais que la mère de Stanislas et Tadeusz s’appelait Ewa SZOT. Pourrait –il s’agir d’une tante ? D’une cousine ???

Dans le calepin, si l’on feuillète dans l’ordre chronologique, on a

- le 12 janvier ; « je suis allé avec Belsorrat, à Palafrugell » je suppose que Belsorrat est le nom de quelqu’un, et Palafrugell est une petite ville  catalane, à mi-chemin entre Barcelone et Perpignan. 

-le 21 janvier « meeting en préparation du front, Palafrugell » je dois chercher encore, sur l’histoire de la guerre d’Espagne, à quoi cela peut correspondre, car la guerre est perdue à cette date-là il me semble, et donc on est en pleine débâcle que l’on appellera la « retirada ». Est-ce qu’on se bat encore dans ce secteur ?

-le 22 janvier « aller au front de Palafrugell »…  surement que oui…

-le 9 février : « depuis nous avons quitté l’Espagne, Port-Bou » je sais que les frontières espagnoles furent ouvertes ce jour-là pour laisser passer les hordes de réfugiés espagnols qui fuyaient Les franquistes, et les brigadistes qui souhaitaient rentrer chez eux. C’était sans compter avec la France qui voyait d’un très mauvais œil toute cette population envahir son territoire ! Du coup ordre est donné de les parquer sur les plages du Roussillon…Argelès, Agde, Saint Cyprien….

-11 février « favorablement au camp de Saint Cyprien » la traduction est approximative, je le reconnais, google-traduction ce n’est pas forcément très précis… Néanmoins on peut se dire que le voyage continue sur Saint Cyprien.

Il y restera de longs mois,

Le 22 mars, « reçu colis de Marysi » je ne sais pas si c’est la traduction exacte.  Mais je pense qu’en effet il est question de colis.  Qui est cette Marysi ??? Aucune idée.

Le 9 avril « frère étant dans la commune de Saint Cyprien » la encore la traduction est approximative, mais je pense que ce n’est pas impossible que Tadeusz ait fait le voyage de Marseille à Saint cyprien pour voir son frère.

21 avril « nous avons quitté le camp de saint cyprien » j’ai lu dans différents ouvrage, qu’en effet, à partir du 20 avril, on vida le camp de saint cyprien de ses brigadistes et républicains espagnols pour les envoyer dans d’autres camp, et notamment celui de Gurs.

22 avril « arrivé au camp de Gurs » le camp est à peine achevé, c'est une ville barbelée, construite sur un plateau marécageux…  j’en reparlerai plus tard, on peut aussi aller voir mes autres textes sur le sujet…

23 mai « 100 du frère » je suppose qu’il s’agit de 100 francs qu’il reçoit de son frère

17 juin « j’ai reçu 88,60 de Belgique, téléphone à Krysio » sûrement 88,60 francs ? mais qui est Krisio ??? je ne sais pas.

19 juin « 300 fr dans un télégramme pour aller en vacances » ??? je ne comprends pas.  

20 juin « congé refusé » ??? Toujours aussi sibyllin…


Peut-être est-il question de ce séjour à Gaillac ???


22 juillet « colis et tabac par Dabrowski » l’envoie-t-il, ou le reçoit-il ??? la question reste entière car là encore la traduction reste approximative.

24 juillet « 400 du frère »

25 juillet « Bolek part pour la Belgique » je ne sais pas si c’est un départ volontaire, une évasion programmée, ou une libération d’un certain Bolek…qui est ce Bolek ???

7 août « passe 20 à G. » ou « passe de 20 G. » je ne comprends pas ??? Qui est G ? Qu’est-ce que ces 20 ?

8 aout «  j’étais à Cagnac »….


Il n’y a plus aucunes annotations après cette date.

j'ai demandé à plusieurs personnes de m'éclairer sur ces intérogations et j'ai eu le plaisir d'avoir une réponse de M. LAHARIE en personne! qui me dit qu'il aurait pu s'être évadé et planqué à Gaillac quelques temps, le temps de se faire oublier, puis de rejoindre Marseille.


 j'ai toujours cru qu'il était resté plus d'un an à Gurs...mais on fond peut être que ce n'est que mon imagination, car il c'est peut être évadé pour se planquer à Gaillac ? 


très philosophe, il me dit aussi que parfois, on sera bien obligé de vivre avec des zones d'ombres, dont on ne saura jamais rien...

et que les recherches historiques fourmillent de questions qui à peine résolues ouvrent la porte à de multiples autres questions...et ça, je le savais déjà!


  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

miche 25/06/2011 18:37



Chère Nadianne... je viens de lire Devoirs de mémoire... En effet, des points communs sur nos valeurs... je citerai votre blog  que j'ai mis en lien chez moi... A lire et relire.. Je
n'arrive plus à quitter cette Histoire depuis ma visite à ST CYPRIEN... j'ai publié 3 ou 4 notes et je n'ai pas terminé. J'ouvrirai les pages du livre de Serge BARBA : de la frontière aux
barbelés.. bon courage ! bises de miche



Qui Je Suis?

  • : Le blog de nadianne
  • Le blog de nadianne
  • : des réflexions sur mes lectures , la vie, mes recherches biographiques sur mes grand-parents...ma passion de l'Histoire contemporaine, mais aussi médiévale...lisez, vous verrez!
  • Contact

Recherche