Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 14:41

voici un article sur ce fameux camps d'internement décidé par l'état Français pour contrôler les entrées en France des républicains espagnoles , des brigadistes internationaux, puis de tous les indésirables d'Europe sous le régime de Vichy.

"Une allée des internés

17 juin 2010 09h18 | Par O. P.



L'Amicale du camp a pour projet d'installer des colonnes rendant hommage aux différentes populations internées entre 1939 et 1944

Num-riser0001.jpg

De Gurs,  sont partis des convois vers Auschwitz. 3 907 internés envoyés à la mort.

archives G. bonnaud

Ce fut le plus grand camp d'internement français entre 1939 et 1944. Républicains espagnols, brigadistes internationaux, Mosellanes, « politiques » français, juifs originaires d'Allemagne et d'Europe centrale, résistants, gitans… au total ce sont exactement 60 559 personnes d'une cinquantaine de nationalités différentes qui ont été internées au camp de Gurs sur ces cinq années. Sous Vichy, Gurs est même passé d'un camp d'internement à l'une « des entrées de la Shoah ». Six convois à destination de Drancy puis d'Auschwitz ont conduit à la mort quelque 3 907 « Gursiens » entre août 1942 et février 1943.

Depuis 30 ans, l'Amicale du camp de Gurs se bat pour que ce lieu emblématique ne tombe pas dans l'oubli et, comme le dit l'historien Claude Laharie, que « l'on fasse vivre cet élément si important de notre patrimoine ». Son dernier projet est des plus symboliques. Il s'agit de créer une « Allée des internés », composée d'une colonnade. Ce monument sera inspiré de celui créé à Nuremberg par l'artiste israélien Dani Karavan, celui-là même qui a conçu le Mémorial national du camp de Gurs. L'allée débutera à l'entrée historique du camp, route de Mauléon. Un chemin de deux kilomètres menant au Mémorial national. Des colonnes de pierre en granit gris, d'une hauteur de 2,50 mètres, seront placées de chaque côté. Sur chaque colonne, une brève inscription évoquera la mémoire des personnes concernées. Chaque colonne sera ainsi une stèle commémorative.

Quel financement ?

Et le futur musée ?

L'Amicale du camp de Gurs souhaite toujours concrétiser la seconde tranche du vaste projet d'aménagement du site comprenant notamment la construction d'un musée. Un projet chiffré à 1,5 Million d’euros mais qui selon André Laufer, président de l'Amicale, a « du mal à sortir de terre ». Les études préliminaires coûteraient 30 000 euros. Le Conseil régional aurait donné son accord pour les financer à hauteur de 50 %. L'amicale a demandé la même aide au Conseil général des Pyrénées-Atlantiques. Mais la réponse, selon André Laufer, tarde à venir. « Nous n'avons pas le sentiment qu'il existe une volonté politique pour faire avancer le projet », assure-t-il. Le nombre de visiteurs (environ 20 000 en 2009) ne cesse pourtant d'augmenter. Et les Offices de tourisme du Béarn des gaves proposent désormais la visite du site.

35 colonnes sont prévues qui représenteront toutes les catégories de personnes internées. « L'idée du projet est de faire prendre conscience aux visiteurs de la diversité des personnes internées, en un monument unique et en conservant l'aspect un peu sacré du lieu, car ce n'est pas un site touristique comme un autre », souligne Émile Valles, vice-président de l'Amicale.

Le coût total de l'opération est évalué à 70 000 euros. Reste donc à le financer. Dès le mois de juillet prochain, onze premières statues, d'un coût de 2000 euros pièce, seront mises en place. Ses premières réalisations seront financées par l'amical sur ses fonds propres. Et pour les autres ? « Toutes les autonomies espagnoles seront sollicitées et on espère qu'elles répondront favorablement à notre demande. Mais qui voudra payer pour les gitans, les Mosellanes, les politiques, les brigades internationales ? », s'interroge Émile Valles. L'idée d'une souscription publique est donc dans l'air afin qu'aucune des populations internées ne soit exclue de cet hommage."

 

ce texte n'est pas de moi, mais il me semblait important qu'il soit lu par le plus de monde possible.

il me tiens à coeur de ne pas laisser partir dans l'oubli des lieux de souffrances comme le camps de Gurs, oublier c'est mourir une seconde fois, et prendre le risque de reproduire encore et toujours.

 

j'ai l'intention de faire un don pour le future musée de Gurs avec l'héritage de ma grand mère, auquel je n'ai pas touché encore.  c'est mon choix, il me semble juste que cette argent retourne à des oeuvres de mémoire. 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Elisabeth de Hautségur 06/10/2012 15:08


Nadianne,


Mon bouleversement rejoint le tien. L'article est dans les statistiques de mon blog et j'avais décidé de le lire, mais suis perdue dans mes soucis. J'ai croisé, à Notre Dame une descendante de
Leclerc de Hautecloque me disant que ses enfants ne s'intéressaient pas à la résistance, me demandant d'adhérer à son association. Mon père venait d'avoir un infarctus et j'étais à Notre-Dame
pour lui et tous mes proches résistants. Je te parle de Leclerc qui n'a peut-être pas condamné les FTP. Je fus émue par ses contacts avec Rol Tanguy! Ne crois-tu pas qu'il y aurait des idées de
financements en prenant contact avec l'association Leclerc de Hautecloque (j'ignore le nom de l'association) mais ce gibier de relations pourait aider Gurs pour les financements. Cherchons,
Nadianne. L'argent existe mais il faut frapper à toutes les portes! Je t'embrasse. Elisabeth.

nadianne 15/10/2012 13:34



chere elisabeth, je suis actuellement engluée dans des soucis de santé, je te remercie de ton intéret pour mon histoire, je n'ai pas le temps pour le moment. cf le lien journal de ma
maladie 


à bientot



caro 28/09/2010 09:42



Quel beau geste et quel magnifique devoir de mémoire ! vos grands parents ont vécu une histoire d'amour magnifique pendant une période très dure pendant laquelle ils ont montrés quels être
humains exceptionnels ils étaient et les sacrifices qu'ils ont fait au nom de la liberté ont payés et  quelque part ils en sont sortis vainqueurs puisque leur petite fille perpétue leur
mémoire avec la même passion et la même soif d'égalité et de liberté ;Bavo ! 


caro



marilo pilene 21/07/2010 22:19



Tu es tout simplement formidable ! C'est un très  beau geste, et si ce qu'on raconte est vrai, ton grand père doit être sacrément fier depuis là haut ... ! Bravo et chapeau bas !



nadianne 21/07/2010 16:14



J'ai donc fait un don.


Alors, on m'a proposé de faire figurer mon nom sur la colonnes des Brigades Internationales, j'ai refusé, mais j'ai demandé que figure plutôt celui de mon
grand père: Stanilas OBODA. c'est lui le héros! pas moi. 



marilo pilene 22/06/2010 21:46



Ta générosité et ta passion ... ! C'est magnifique, tout simplement ! Bravo !



Qui Je Suis?

  • : Le blog de nadianne
  • Le blog de nadianne
  • : des réflexions sur mes lectures , la vie, mes recherches biographiques sur mes grand-parents...ma passion de l'Histoire contemporaine, mais aussi médiévale...lisez, vous verrez!
  • Contact

Recherche