Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2011 4 08 /09 /septembre /2011 09:48

j'ai pu faire traduire l'agenda 1939 par un  polonais.

je n'étais pas loin de la vérité avec mes traductions ggogle...

si l'on reprend chronologiquement:

dans le coin de la couverture intérieur: "porte toi bien après cela Marysia"

12 janvier: "j'ai quitté Bellserrat pour Parfrugell"

21 janvier: "meeting et préparation pour le front de Parafrugell"

22 janvier: " départ de Parafrugell pour le front"

9 février: "nous avons quitté l'Espagne, Port Bou"

11 février: "arrivé au camp de Saint Cyprien"

22 mars: reçu coli de Marysi"

9 avril: "mon frère est venu me voir au camp de Saint Cyprien"

21 avril " nous sommes partis du camp de Saint cyprien"

22 avril: " nous sommes arrivés au camp de Gurs"

4 mai:"100 de mon frère"

5 mai:" j'ai commencé à travailler à la poste"

23 mai " 100 de mon frère"

17 juin: " j'ai reçu 88,60 de Belgique. j'ai téléphoné à Krsitio"

19 juin: "300 fr et un télégramme pour partir en vacances"

20 juin: " refus de vacances (ou permission)

22 juillet "colis et tabac de la part de Dabrowski"

24 juillet 400 de mon frère"

25 juillet "Bolek est parti en Belgique

7 aout: "autorisation de sortie pour G"

8 aout " j'ai été à Cagnac"

 

les questions que je me pose toujours sont : 

comment s'évade-t-il?

car c'est ce qui a toujours été dit dans la légende familiale. car ici on pourrait penser qu'il a abtenu une permission pour ne plus revenir. 

Bolek pourrait être une certain Boleslaw Malankiewicz, cadre communiste des Brigades Dombrowski, en Espagne. bléssé, il est rappatrié en France en octobre 38, ce qui explique qu'il n'ai pas été prisonnier à Gurs. est ce lui qui part en Belgique ce 25 juillet? est ce lui encore qui envoie ce coli aux Dambrowskistes?

 

dans le carnet d'adresse à la vfin de l'agenda

on peut lire les noms de 

PIROTTE avec une adresse en Belgique (Julia Pirotte est une photographe engagée, communiste, elle fut agent de liaison dans la région de Marseille, son diminutif était DIna, je l'ai rencontrée une fois, en Pologne en 1976, j'était encore une enfant, elle m'avait beaucoup impressionnée.)

SZOTT julien  à Cagnac Homps ( sans doute un oncle maternel ou un cousin) la cité des Homps à Cagnac était la cité des mineurs où il vécu avec son frère dans la famille SZOTT

JANISZEWSKI franck au CANADA (je ne sais pas qui c'est)

SZOTT andré à Brwinow en Pologne, (ville proche de Blonie)

DESSELLIER  à Hainaut en Belgique (il semblerait que Stanislas ait plusieurs contacts dans cette ville minière Belge, près de Mons)

DIAMANT à Paris V (Djament est le nom de jeune fille de Dina et donc de sa soeur MARIA)

Maria PRAT à Barcelone en Espagne (j'ignore qui c'est)

MAJCHEREK WAL. à Hainaut en Belgique

OBODA Tadeusz à Meyreuil (près de Marseille) son frère 

Melle Christianne SZOTT à Gaillac, sans doute une cousine ou une tante.

MARICZYRIKI Viktor à Hainaut en Belgique

Mme BEAUDOIS à Paris X, j'ignore qui c'est.

 

on sait qu'après Gurs, il rejoint son frère à Gardanne où il voit Julia Pirotte, qui fera quelques  photos magnifiques de Stanislas

Num-riser0030.jpgNumeriser0003.jpgNumeriser0004.jpgnumerisation0291-copie-1.jpg

je crois que toutes ces photos sont de Julia...

dans le seul livre de photos de Julia Pirotte publié en france, "une photographe dans la résistance" il y a une photo de Tadeck en mineur polonais, et la femme de Tadeck en "femme de mineur"...pages 38 et 38.

après Marseille il remonte à Paris, et reconstitue un raiseau de camarades, d'anciens brigadistes, pour continuer à lutter contre le fascisme. il travaillera dans le Nord de la france, sur un terrrain d'aviation à Doulens. 

ma grand mère n'a jamais su quelles étaient ses activités exactes.

il sera arrêté par la Gestapo en février 42, jeter en prison à la Santé, puis transféré quelques jours avant son exécution au Fort de Romainville, choisi comme otage à fusiller, une sinistre réponse des nazis pour sanctionner les attentats des résistants.  il est  parmi les 46 otages parisiens du 21 septembre 1942 fusillé au Mont Valérien et les  70 de Bordeaux, en tout 116 fusillés ce sinistre jour. 

il était le père d'une petite fille, Nadja, de 10 mois et quelques jours.

en octobre, sa femme, entrait à son tour dans les rangs des FTP MOI, comme agent de liaison.


 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Je Suis?

  • : Le blog de nadianne
  • Le blog de nadianne
  • : des réflexions sur mes lectures , la vie, mes recherches biographiques sur mes grand-parents...ma passion de l'Histoire contemporaine, mais aussi médiévale...lisez, vous verrez!
  • Contact

Recherche