Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 10:57

il y a quelques temps, j'avais fait un article ici sur la petite boite en fer qui contenait quelques trésors: des lettres et des photographies de ma mère et ma grand-mère, datant des années 43 à 54 environ. certaines de ces lettres m'étaient complètement inaccessibles puisque écrites en polonais. ma grand mère ne parlant pas elle même le polonais, je suppose qu'elle les fit écrire par quelqu'un d'autre? je pense à Dasha ou à Dina deux amies polonaises, résistantes en France, que j'ai connues. il en fut certainement d'autres, mais je n'ai ni nom ni visage à apposer.


ces lettre sont touchantes! d'une grande dignité et pourtant que de douleurs elles expriment!

car ma détermination à les faire traduire à payé. j'ai enfin trouver un traducteur formidable sur un forum franco polonais. je lui en suis extrêmement reconnaissante.

la lettre , dont je vous donne un extrait, doit vraisemblablement dater de novembre 43, lors que le coup de filet des brigades spéciales chargées de la filature des FTP MOI de Paris, arrêtèrent les 23 de l'affiche rouge.


"cher frère T.
Je t’écris cette lettre pour te prier de veiller sur ma petite fille s’il
m’arrivait quelque chose. je me tourne vers toi car tu es le frère de Stan et je
n’ai personne de ma famille à qui je puisse faire autant confiance. Je t’ai
déjà écris que je travaillais dans le même métier que Stan, il se pourrait
que Nadia perde sa maman. Il ne resterait personne qui l’aime et veille sur
elle comme toi, notre frère.
Pour le moment Nadia se trouve chez une bonne amie et je sais qu’en cas de malheur elle n’ abandonnerait pas mon enfant mais cette amie s’en va et je devrais confier Nadia à l’ orphelinat, et ce qui m’inquiète, qui s’en occupera ?
C’est pourquoi je m’adresse à toi cher frère, tu aimes Nadia et tu veilleras
sur elle s’il m’arrive qq chose.
Je sais que tu la conduiras sur le même chemin que nous avons choisi Stan et
moi. "

le même métier = la résistance

l'amie qui s'occupe de Nadia, je crois que c'est Dasha. qui rentra en Pologne après la libération de Paris je crois.

je sais qu'après ça le tonton T. recueilli un temps ma mère, combien de temps je ne sais pas, mais je sais aussi que quand Madeleine vint la rechercher elle était couverte de poux à tel point qu'il fallu lui couper ses jolis cheveux blonds.

il y a une photo d'elles deux, vraisemblablement c'est l'été (45?) Madeleine est en robe d'été, ma mère a environ 4 ans est en maillot de bain tricoté à la mode de l'époque, les cheveux court, on dirait un petit garçon, elle est debout sur le banc enserrant sa maman par le cou.

elle ressemble terriblement à son papa sur cette photo, et aussi à mon frère.

et je me demande moi, la psy d'aujourd'hui combien ce fut douloureux d'être la fille de ces deux héros, l'un disparu, l'autre dans le combat, la peur au ventre et pourtant la conviction d'agir pour un avenir meilleur.  mais obligée de se séparer constamment de son enfant. j'entends encore les plainte de maman, les douleurs d'abandon qui lui déchirait les tripes.

et je n'ai pas à juger l'une contre l'autre je les aime autant. Savait-on parler aux enfants en ce temps là? non. Heureusement Dolto est arrivée. je l'ai entendue à la radio et ma vocation est née!

je ne peux plus rien agir sur les vies de mes chères disparues, mais je peux tout du moins comprendre, interpréter, analyser ce que fut ces vies là.


une autre lettre antérieure je crois : " Cher T. ! Chacune de tes lettres est une grande joie pour moi, et ta dernière lettre m’a énormément fait plaisir (...)
Merci beaucoup également pour la photo, je l’ai placé près de la photo où tu es
avec Stasiek, sur la table et de ce fait, je ne me sens plus si seule.
J’aimerais beaucoup aller chez vous avec Nadia, mais je n’ai pas la
permission de sortir de Paris. Un mois est passé sans que je vois ma fille
et elle ne se trouve pas loin de Paris. C’est très dur, mais je me console
en pensant que c’est la route choisie par Stasiek et moi.(...)" 

je pense vu les indices laisser dans le reste de la lettre qu'elle doit dater du début 43. elle parle des risques de mourir mais sans angoisse, qu'elle a attendu encore son mari sans pouvoir croire à son décès puis fut animer d'un désir de vengeance.

je sais qu'elle s'engagea dans les FTP MOI le lendemain des 1 an de sa fille, c'est à dire Un mois et demi après que son mari fut fusillé au Mont Valérien le 21 septembre 42. qu'elle garda un temps son bébé avec elle, mais que la direction lui imposa très vite de la confier à quelqu'un de sure pour qu'elle ait l'esprit libre (!) elle obéit bien sûre, ce ne fut pas sans mal.


voilà c'est tout pour aujourd'hui!

visiteurs, laissez moi un petit commentaire lors de vos visite!

merci!


Partager cet article

Repost 0

commentaires

FeuTiger 03/10/2009 08:46


ton blog à l'air vraiment intéressant pour moi mais c'est quoi la FTP MOI?


Elisabeth 01/10/2009 22:13


Que d'émotions dans cette petite boite en fer!
Que je te comprends! J'essaie de récupérer des renseignements chez mon père, à commencer par les écrits de mon grand-père auxquels s'ajoutent ce qu'il nous raconta durant mon enfance. Mon
grand-père restait joyeux et plaisantin sous les tirs d'obus. Ce trait de caractère l'a suivi toute sa vie. Il est pour moi un modèle!


Qui Je Suis?

  • : Le blog de nadianne
  • Le blog de nadianne
  • : des réflexions sur mes lectures , la vie, mes recherches biographiques sur mes grand-parents...ma passion de l'Histoire contemporaine, mais aussi médiévale...lisez, vous verrez!
  • Contact

Recherche