Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 11:31

Le 4 mai 2009

 

Pour les non initiées et pour rafraichir la mémoire des autres, j’ai écris récemment un texte biographique sur mon grand père maternel, ancien brigadiste international de 1936 à 39, interné par la France à son retour d’Espagne dans un camp à Gurs de 1939 à 40 , dont il s’évadera. Il sera ensuite résistant contre l’occupation allemande, arrêté en février 42, et fusillé le 21 septembre 1942 au Mont Valérien parmi les 116 décidés ce jour là par la gestapo. 
 

Toujours est il qu’actuellement : Je vis une aventure dans le réel dans la continuité de ce texte , et cela me ravie.

 

 Après avoir écrit le texte sur Stanislas (mon grand père) à la demande de ma tante Laurence, pour le compte du ministère de la défense, en vu de produire une borne multimédia avec les biographies des fusillés du Mont Valérien ; j’ai eu l’idée d’envoyer mon texte à d’autres organismes comme l’amicale du camp de Gurs, ou à des sites d’anciens combattants et de résistants… A la suite de ces envois,  j’ai eu la joie d’être mise en contact avec des personnes passionnantes, qui par leur travail bénévole ou professionnel œuvrent pour que nos « héros » ne soient pas oubliés.

 

J’ai notamment eu un contact avec deux hommes dans le sud ouest, qui animent l’amical du camp de Gurs, dont un a écrit un livre sur le camp que j’avais déjà lu avidement. Et l’autre m’a proposé d’utiliser mon texte pour une exposition sur le camp, où il a été agrandi et plastifié. Plus tard, il m’a proposé de traduire un journal en polonais que je possédais, un journal écrit et ronéotypé  par les brigadistes prisonniers du camp, j’ai scanné le journal, il l’a transmis à un traducteur…j’aurais sans doute la traduction prochainement.

 

Par ailleurs, grâce à des lectures induites par de nouvelles connaissances,  j’ai aussi appris que mon grand père avait été transféré par la gestapo de la prison de la santé au fort de Romainville, et non l’inverse. Le sinistre fort était la réserve d’otages communistes et juifs pour être fusillés par mesure de représailles par les allemands. J’ai aussi lu alors, le  témoignage d’un survivant dans un  article qu’il a écrit  sur les 116 condamnés par la gestapo, 46 à Paris, et 70 à Bordeaux, tous fusillés ce 21 septembre 1942 au Mont Valérien. J’ai pu me procurer cet article et j’ai pu reconnaitre le nom de mon grand père dans la sinistre liste établie par les allemands reproduite dans les pages de ce journal.

 

J’ai aussi eu un contact avec un homme qui a beaucoup apprécié mon texte. Il a lui-même créé un site internet qui répertorie toutes les plaques commémoratives relatives à la guerre de 39/45, et cherche à retrouver l’histoire de ces hommes et de ces femmes, car  les noms seuls ne disent rien. Par contre, savoir qui ils étaient ce qu’ils ont fait, a plus d’impacte. Il fait aussi des films vidéo soit de ces héros ordinaires soit sur ceux qui œuvres à rechercher avec lui ces histoires individuelles qui comme des fourmis ont fait que la France leur doit sa libération.

 

De ce fait, il m’a proposé de faire une vidéo ou je raconterai l’histoire de mon grand père. J’ai décliné l’offre car je ne me sens pas de le faire. Mais il m’a aussi proposé son aide pour en savoir encore plus sur mon grand père car il connait pas mal de monde, des historiennes notamment qui ont accès à des documents importants et peu accessibles au grand publique….

 

Bref, j’ai l’impression d’être l’actrice d’une aventure dans le réel, c’est très plaisant !

 

Du coup, mon roman que j’avais continué d’écrire en l’alimentant de faits inventés par manque d’informations précises va devoir être revus et corrigé, car cet afflux de connaissances nouvelles me donne d’autre pistes, d’autres angles, d’autres points de vus…je suis en pleine réflexion. J’en rêve la nuit…j’en parle sans arrêt au point de saouler un peu mon entourage avec mes histoires…mais ils s’impliquent quand même et m’aident du mieux qu’ils peuvent.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Rose 29/06/2015 00:23

Bonjour,
je fais également des recherches sur mon père qui fut prisonnier au camp de Gurs. Je l'ai visité l'année dernière et mon père figure en photo dans une des représentations du camp. J'aimerais en savoir davantage car mon père parlait peu (sûrement la peur des représailles) mais il s'était évadé du camp d'Espagne après avoir lutté au front de Madrid pour se retrouver prisonnier des Français à Gurs. Il s'évada à nouveau d'un camp allemand: il n'avait peur de rien. Peut-on se contacter? J'aimerais connaître des personnes qui ont des renseignements sur ce camp même s'il y a longtemps et que la plupart doivent être décédées.
Merci beaucoup. Rose

REBELLE 06/05/2009 18:42

Nadianne vous faite un travail remarquable et passionnant il est toujours interessant d'apprendre l'histoire du passé ; il est toujours bien d'apprendre combien des gens ont souffert et donner de leurs vies pour leurs pays.
Je vous souhaite bon courage et j'achéterais votre ouvrage quand il sera publier ; Merci et bon courage Nadianne, bien Amicalement Florence(rebelle).

elisabeth 04/05/2009 12:34

Tu vis une histoire passionnante et j'attends la parution du livre.
Je savais que les allemands fusillaient les communistes pour faire des exemples.
La traduction du journal en polonais te donnera moult informations. Elisabeth.

Qui Je Suis?

  • : Le blog de nadianne
  • Le blog de nadianne
  • : des réflexions sur mes lectures , la vie, mes recherches biographiques sur mes grand-parents...ma passion de l'Histoire contemporaine, mais aussi médiévale...lisez, vous verrez!
  • Contact

Recherche