Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 10:16

 

 

 

il y avait dans les affaires de ma mère, une petite boite en fer, comme on en faisait dans le temps pour contenir le sucre. elle est décorée d'image de chien aux couleurs criardes, un petit verrou encore en fonctionnement pour seller le couvercle.

je n'y avait pas prèté grande attention , je l'avais emballé parmis d'autres reliques de ma mère quand nous avions déménagés...et rangé dans un placard fourre tout.

jusqu'à ce que ce placard ait besoin d'être vidé pour attribuer la chambre à ma fille. à l'occasion j'ai rempli des sacs poubelles de vieilleries sans importance...et je remettais la main sur cette boite, perchée en haut de mon escabeau,.

j'ouvrais la boite  comme une boite à trésor...et je fut surprise de découvrir non seulement des lettres de ma grands mère à son beau frère (le frère de son mari) mais aussi des photos de ma mère de sa naissances à l'adolescence, des lettres en polonais, et en français...et parmis toutes ces précieuses reliques deux cartes l'une datant de l'hivers 41 annonçant la naissance de ma mère, et l'autre de l'automne 42, annonçant la mort de Stanislas (mon grand père) fusillé le 21 septembre 42, parmis d'autres otages au Mont Valérien.

ce jour là , les SS , pour réprimer les "attentats" qui depuis le 11 aout précédents avaient tués ou bléssés 41 personnes (des ss ou des collabo) décidèrent de frapper fort et de fusiller 116 otages parmis les prisonniers arrêté les mois précédents pour leurs activités communistes et/ou terroristes (résistantes)

66 sont fusillés à Bordeaux et 46 au mont Valérien

Mon grand père , jeune papa heureux , ancien brigadiste en espagne, communiste et résistant fut de ceux là.

bien sur je connaissait la date, le lieu, mais c'est autre chose que de lire la lettre déchirante d'une jeune femme à qui l'on apprend brutalement la mort de son époux bien aimé.

je serais dimanche au Mont valérien, devant la cloche des fusillés ôù est gravé son nom:

Stanislas OBODA

il fut charpentier, electricien, mineur...c'était un bel homme, plein de charmes. il étaient venus en france puis en belgique , avec son frère pour travailler dans les mines, poussé par la misère qu'ils vivaient là bas. leur père était parti en amérique faire fortune, en oubliant de soutenir ses enfants et sa femme, qui mourrut de faim et d'épuisement alors que les garçons n'étaient encore que des enfants. ils ont gardé des troupeaux, et quand vint l'adolescence, ils ramassèrent leurs pauvres affaires et partir travailler dans les mines françaises.

Stanislas étaient un homme intelligent, il apprenait vite, et ne se contentait pas de seulement travailler, il s'informait, militant pour de meilleurs conditions de travail, apprenant le français. c'est à la suite de grèves que les travailleurs étranger furent proprement virés de France pour activité syndicales! ( il y a parfois des gens en france qui aimeraient pouvoir avoir encore recours à ce genre de methodes n'est ce pas?) c'est ainsi qu'il se trouva à travailler dans les mines belges, et à continuer son activité syndicale et communiste. quand l'alliance fashiste voulu renverser la toute nouvelle république espagnole, des volontaires de tous pays (beaucoup de communistes et d'anarchistes) se mobilisèrent pour venir combattre le fashisme aux coté des républicains. il en fut (et mon autre grand père aussi!...nous ne saurons jamais s'ils se sont rencontré là bas...) ce que l'on sait peu , c'est que la france avec un gouvernement du front populaire aurait du se poser comme défensseuse d'une république soeur! mais au lieu de ça, quand le fashisme espagnole prit le dessus, les brigadistes, en revenant en France furent parqués dans des camps (on ne disait pas de concentration encore à l'époque!, mais c'était tout comme) et surtout les  "étrangers"!!! à Argeles, et à Gurs (mon grand père fut dans ce dernier)

existait une solidarité des communistes entre eux, et que les jeunes filles  d'une section belge furent solicitées pour écrirent aux prisonniers, leur envoyer des colis... c'est ainsi que débute l'histoire de la rencontre de mes grand parents...

elle, Madeleine, avait une correspondance avec un autre brigadiste au début, (chacune avait son correspondant) elle écrivait de gentilles lettres que son correspondant lisait à tous, car elle , au moins , écrivait souvent, contrairement à d'autres. puis un jour elle envoya une photo, qui fit le tour du camp et tomba dans les mains de Stannislas . il avait déjà une petite idée de cette gentille jeune fille à travers les lettres qu'elle écrivait à son copain, et qu'il attendait avidement comme si elle lui étaient adressées, mais en voyant sa photo...
il tomba amoureux, et supplia son ami de lui permettre d'écrire lui aussi à cette belle jeune femme. ma grand mère accueilli cette demande avec joie, et au fil des correspondances, elle aussi tomba amoureuse. une amie commune Dina, qui était journaliste  photographe polonaise pris des photo de l'un et de l'autre.elle fit le lien aussi , et quand enfin il pu regagner la belgique, les deux tourtereaux se rencontrèrent enfin, sans que cela n'égratigne leur amour naissant.

c'est cette belle histoire qui inspire mon roman, sur fond de résistance, on est en 1939 au début de l'histoire qui se termine brutalement en 42 pour mon grand père, mais se poursuit jusqu'en 45 pour ma grand mère.

bonne journée!







 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Marie-Eve 20/09/2008 14:43

Que de nostalgie!
Les photos sont vraiment très belle!
Bon roman!

nadianne 20/09/2008 18:31


merci, mon roman avance doucement, entre documentations et recherche des mots...


elisabeth 18/09/2008 06:31

C'est passionnant : où en est ton livre? A bientôt. Elisabeth.

nadianne 20/09/2008 18:34


la documentation prend la forme d'évènements à inclure dans mes textes, je fais également traduire des lettres du polonais au français que ce sont échangées ma grand mère et son beauf, et j'avance
en cherchant les mots juste, c'est laborieux...je ne suis ni rapide, ni disponible...
à+


lucie maira 18/09/2008 01:43

bonsoir toujour tres émouvant de te lire c'est vrai que c'etait un tres bel homme et aussi ta grand mere une tres belle femme
je suis ravie que comme moi tu fait en sorte que l'on oublie pas ces ens formidables
je t'embrasse
veronique

Qui Je Suis?

  • : Le blog de nadianne
  • Le blog de nadianne
  • : des réflexions sur mes lectures , la vie, mes recherches biographiques sur mes grand-parents...ma passion de l'Histoire contemporaine, mais aussi médiévale...lisez, vous verrez!
  • Contact

Recherche